Fiscalité des revenus fonciers

Les SCPI sont fiscalement "transparente".Les SCPI distribuent les revenus locatifs percus auprès de ses associés proportionnellement au montant de l'investissement (soit du nombre de parts). Ce revenu foncier est soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu ainsi qu'aux prélèvements sociaux (15,5%).
Dans le cas de souscription de parts de SCPI par un associé, il y est possible de déduire les intérets d'emprunt des revenus fonciers percus par celui-ci.

A savoir : dans le cas du régime du micro-foncier, il est possible de bénéficier d’un abattement de 30% sous conditions :
- le cumul des revenus fonciers annuels n’excède pas 15 000 €
- percevoir d’autres revenus fonciers que ceux provenant de ses parts de SCPI (ex : immobilier locatif en direct),
- ne pas détenir dans son patrimoine un bien immobilier ou des parts de SCPI sous un régime fiscal particulier ( ex : Scellier, Robien, Malraux,...).

Fiscalité des plus values

En fonction du moment de la souscription à des parts de SCPI et la revente, le prix des parts de SCPI peut varier. Il est fort possible qu'au fil des années, le prix de la part a évolué de facon positive. Lors de la revente, l'associé sera donc soumis à l'imposition sur la plus value. Les parts de SCPI bénéficient du régime général des plus values immobilières.

Les plus values sur les parts de SCPI sont totalement exonérées au bout de 30 années.

Depuis le 1er septembre 2013, les plus values sur les part de SCPI sont soumises à un abattement qui se décline de la facon suivante jusqu'à la 30ème année: